Velouté de carottes aux pois chiches

Velouté de carottes aux pois chiches

Pour 4 personnes

800 g de carottes
265 g de pois chiches (poids net)
1 oignon
1 cube de bouillon de volaille dégraissé
Sel, poivre, cumin

1. Épluchez les carottes et coupez-les en rondelles. Pelez l’oignon et coupez-le en 4. Lavez les légumes.
2. Mettez les légumes dans une casserole et couvrez avec 1 litre d’eau. Ajoutez le cube de bouillon de volaille et laissez cuire jusqu’à ce que les légumes soient tendres (20 à 30 minutes).
3. Égouttez une boîte de pois de pois chiches, réservez-en 2 cuillères à soupe, ajoutez le reste aux carottes, cuisez encore 10 minutes.
4. Assaisonnez de sel, de poivre et d’1 cuillère à café de cumin moulu. Mixez. Ajoutez de l’eau si nécessaire.
5. Versez dans des bols et ajoutez le reste de pois chiches.

Apport par portion (450 g) :

200 Kcal
Protéines : 7 g
Glucides : 24 g
Lipides : 3 g

Information nutritionnelle : le pois chiches

Comme toutes les légumineuses, le pois chiche est riche en protéines végétales. C’est même le plus riche, ce qui explique pourquoi il est très présent dans la cuisine végétarienne. Associé à une céréale (semoule, par exemple), son apport en protéines équivaut à celui de n’importe quelle viande, tant quantitativement que qualitativement !

Autre atout du pois chiche : sa richesse en fibres. Celles-ci ont un impact favorable sur la flore digestive et le transit intestinal, et prolongent la satiété. Le pois chiche est parfait pour éviter les fringales. Grâce à ses protéines et ses fibres, ses glucides (sucres) sont très lents : il convient tout particulièrement en cas de régime diabétique. Il constitue aussi une bonne source de manganèse et de cuivre, qui protègent les cellules d’un vieillissement prématuré, ainsi que de phosphore et de fer. À noter cependant : le fer issu des végétaux est moins bien utilisé par l’organisme que le fer animal, à moins d’être associé à de la vitamine C.

Sur le plan vitaminique, le pois chiche contient une quantité intéressante de vitamine B9 (ou folates), qui intervient dans le fonctionnement du système nerveux, et dont les besoins sont fortement accrus pendant la grossesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *