Mini-clafoutis de thon au maïs

Mini-clafoutis de thon au maïs

Pour 4 ramequins

1 boîte (140 g) de thon blanc au naturel
1 boîte (140 g) de maïs
1 cuillère à soupe rase de Maïzena
1 cuillère à soupe de moutarde forte
50 g d’emmental râpé
3 œufs
20 cl de lait demi-écrémé
Sel
Poivre

1. Égouttez le thon et mixez-le avec les œufs, la moutarde, la maïzena, le lait, le fromage râpé ainsi que le maïs égoutté. Salez et poivrez. Répartissez dans 4 ramequins.
2. Cuisez 20 à 25 minutes au four préchauffé à 200 °C.
3. Laissez tiédir et servez.

Apport par portion (1 ramequin) :

200 Kcal
Protéines : 19 g
Glucides : 10 g
Lipides : 9 g

Conseil diététique :

Pour un repas complet, ajoutez une entrée de crudités (salade d’endives aux noix, de carottes, de tomates, …) ou de cuidités (salade de betteraves rouges, de haricots verts, …)

Caractéristiques nutritionnelles du thon :

Le thon est un peu plus riche en protéines que la moyenne des poissons. Il s’agit de protéines de bonne qualité pour la croissance ou l’entretien de la masse musculaire.

Sa teneur en lipides varie selon l’espèce. Le thon blanc est très maigre, avec environ 1 % de lipides, le thon rouge est plus gras. Il s’agit majoritairement d’acides gras insaturés, qui contribuent à réduire le taux sanguin de cholestérol. Le thon compte par ailleurs parmi les aliments présentant les teneurs les plus élevées en omégas 3 essentiels EPA et DHA.

Sa consommation peut donc être recommandée en cas d’hypercholestérolémie. Le thon convient également en cas de surpoids car son apport énergétique reste inférieur à 150 kcal aux 100 g.

Le thon est riche en vitamine D, essentielle à la santé osseuse. Il fournit aussi des vitamines du groupe B, en particulier PP ou B3, B6 et B12. 100 g représentent plus de 100 % de l’apport quotidien conseillé en vitamines D, PP et B12.

Le thon est également une excellente source de phosphore, de sélénium et d’iode.

S’il s’agit d’un bon aliment, la consommation de thon doit cependant être évitée chez les enfants de moins de 3 ans et les femmes enceintes, en particulier aux deuxième et troisième trimestres de la grossesse, en raison de la présence possible de mercure dans sa chair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *